Un message d’espoir de l’Esprit Bezerra de Menezes pour les jours actuels et la pandémie que nous traversons

Ce message du Dr Bezerra de Menezes a été donné le 15/03/2020 par la psychophonie de Divaldo Pereira Franco. Le texte de la traduction en français se trouve en dessous de la vidéo.

N’hésitez pas à activer les sous-titres en français si jamais ils ne s’affichent pas.

Mes enfants,

Nous voici au zénith et au nadir de nos spéculations.

Nous n’avons jamais eu autant besoin de ce cher Berger et jamais l’humanité n’a manifesté autant d’amour que dans les jours actuels. L’amour envers la nature dans ses manifestations les plus diverses. En cet amour pour la nature, pour tout ce qui vibre et vit dans la nature. Nos frères de l’échelle zoologique, les animaux. Nos ennemis. Nos amis et nos frères. Il n’y a jamais eu une si belle et noble conscience des paroles de Jésus.

Car Il ne nous a pas laissé orphelins. Il a permis que les étoiles lumineuses tombent des cieux sur la Terre dans l’obscurité qui avait suivi la Révolution Française. Elles ont stimulé le monde aux chansons de liberté qui se sont élevées dans les Amériques, brisant les chaînes du colonialisme que l’humanité continue d’une certaine manière à imposer dans la société souffrante.

A aucune époque Jésus n’a autant été exalté et à la fois combattu ; cela mérite réflexion de notre part. Exultons et n’ayons pas peur. La mort n’est pas la fin, elle est la grande libératrice de l’esclavage de la chair. Ne vous inquiétez pas trop de la présence pandémique du virus, dont le moment sera compris plus tard avec ses raisons, ses origines et le pourquoi de son arrivée maintenant, nous causant panique et douleur.

Vous qui connaissez Jésus, gardez le respect aux lois en respectant les précautions recommandées par les autorités sanitaires. Mais n’occultez pas votre main secourable aux souffrants, ne niez pas la parole libératrice à ceux qui se préparent à affronter l’immortalité. Ne sortez pas de là où vous avez été placés, par une inutile et trompeuse tentative d’empêcher la contamination. Recherchez la pureté intérieure et surtout nourrissez vous de la foi dynamique, courageuse et gentille, en aimant tout le monde, en évitant les passions qui divisent et en recherchant les expériences qui unissent.

Aujourd’hui peut-être plus que jamais Jésus a besoin de vos mains, de parler par vos lèvres, de sentir la chaleur de votre compassion et la miséricorde de vos sentiments. Le grand antidote pour les maux est l’amour responsable, l’amour dynamique, l’amour qui donne et qui ne se soucie pas de recevoir ne serait-ce qu’un sourire du bénéficiaire. Ne pensez pas que vous êtes seuls. Les cieux envoient leurs ambassadeurs pour que l’échange entre incarnés et désincarnés se fasse beaucoup plus facilement. Prenez soin de synchroniser vos Esprits avec ceux qui administrent les vies et évitez de descendre votre pensée vers les pages de l’agonie où se trouvent les forces outrageantes qui sont en train de produire ces douleurs par nécessité de l’évolution de la planète. Allez et prêchez, comme avait dit Jésus aux cinq cents de Galilée. Prêchez par l’exemple, par la parole illuminée et par l’exemple d’abnégation. Les forces vives de l’Univers sont avec nous, dans le doux échange avec vous. Allez et aimez. Au nom des Esprits spirites, nous supplions le Seigneur de nous bénir et de nous garder en paix. Ce sont les vœux du très humble et paternel serviteur Bezerra.

Célia Diniz, le témoignage vibrant d’une « mère de Chico Xavier »

Si vous avez vu le magnifique film « Les mères de Chico Xavier », vous avez sans doute été ému par l’histoire vraie de Célia, cette mère en deuil de son enfant qui trouve espoir et réconfort grâce aux lettres psychographiées par Chico Xavier.

Le témoignage de Célia Diniz au congrès spirite de Menton en 2018, traduit en français, avait été particulièrement inspirant.

Le livre de Célia, « Vaincre la douleur de la mort », raconte son histoire, son expérience du deuil et des enseignements reçus du spiritisme et de Chico Xavier.

Spiritisme et valeurs chrétiennes.

Nous avons le plaisir de partager une conférence très enrichissante du Centre Spirite Justice, Amour et Charité de Montréal sur le sujet « spiritisme et valeurs chrétiennes ».

Le conférencier s’était appuyé sur des extraits du documentaire « L’heureux naufrage ». À travers le regard de personnalités québécoises et françaises, le film aborde des questions indispensables sur la quête de sens, la spiritualité, Dieu.

L’existence de Dieu

Le blog du Phare, groupe spirite à Petit-Quevilly (agglomération de Rouen).


De l’Esprit Meimei dans le livre « Notre Père », psychographié par Francisco Cândido Xavier


On raconte qu’un vieil arabe analphabète priait chaque soir avec tant de ferveur et tant de tendresse qu’un jour, le riche chef d’une grande caravane l’appela à sa présence et lui demanda :

– Pourquoi pries-tu avec une telle ferveur ? Comment sais-tu que Dieu existe, toi qui ne sais même pas lire ?

Le croyant fidèle répondit :

-Grand maître, je reconnais l’existence de Notre Père Céleste par ses signes.

-Comment donc ?

L’humble serviteur s’expliqua :

-Quand vous recevez une lettre d’une personne absente, comment reconnaissez-vous l’auteur ?

-Par son écriture.

-Quand vous recevez un bijou, comment pouvez-vous vous informer de son auteur ?

-Par la marque de l’orfèvre.

Le serviteur sourit et ajouta :

-Quand vous entendez des pas d’animaux autour de la tente, comment savez-vous, par la suite, si c’était un mouton, un cheval ou un bœuf ?

-Par leurs traces – répondit le chef, surpris.

Alors, le vieux croyant l’invita hors de la tente et, lui montrant le ciel où brillait la Lune entourée d’une multitude d’étoiles, il s’exclama respectueusement :

-Seigneur, ces signes, là haut, ne viennent pas des hommes !

À ce moment, l’orgueilleux caravanier, les yeux larmoyants, s’agenouilla sur le sable et se mit à prier lui aussi.

La voix de Dieu

Le blog du Phare, groupe spirite à Petit-Quevilly (agglomération de Rouen).

Article paru dans la Revue Spirite d’octobre 1863.


Société spirite de Paris, 11 juillet 1862. – Médium, M. Flammarion

Avez-vous entendu le bruit confus de la mer retentissante lorsque l’aquilon gonfle les vagues ou lorsqu’elle brise en mugissant ses lames argentées sur le rivage ? Avez-vous entendu le fracas sonore de la foudre dans les nues assombries ou le murmure de la forêt sous le souffle du vent du soir ? Avez-vous entendu au fond de l’âme cette multiple harmonie qui ne parle aux sens que pour les traverser et arriver jusqu’à l’être pensant et aimant ? Si donc vous n’avez pas entendu et compris ces muettes paroles, vous n’êtes pas enfants de la révélation, et vous ne croyez pas encore. A ceux-là je dirai : « Sortez de la ville à cette heure silencieuse où les rayons étoilés descendent du ciel et, recueillant en vous-mêmes vos intimes pensées, contemplez le spectacle qui vous entoure, et vous arriverez avant l’aube à partager la foi de vos frères. » A ceux qui croient déjà à la grande voix de la nature je dirai : « Enfants de la nouvelle alliance, c’est la voix du Créateur et du conservateur des êtres qui parle dans le tumulte des flots, dans le retentissement du tonnerre ; c’est la voix de Dieu qui parle dans le souffle des vents : amis, écoutez encore, écoutez souvent, écoutez longtemps, écoutez toujours, et le Seigneur vous recevra les bras ouverts. » O vous, qui avez déjà entendu sa voix puissante ici-bas, vous la comprendrez mieux dans l’autre monde.            

Galilée